Neutralisation du pH, en process ou sur les rejets en eau

Généralement, les acides forts tels que l’acide sulfurique ou l’acide chlorhydrique sont utilisés pour traiter les effluents avant leur rejet et réguler leur pH. Certes efficace, cette méthode présente de nombreux inconvénients comme l’émission de vapeurs nocives, la corrosion des équipements ou encore le rejet de chlorures, sulfates ou nitrates.

Messer propose une alternative respectueuse des utilisateurs et de l’environnement : le CO2. Dissous dans l’eau, le CO2 forme l’acide carbonique. Cet acide faible, grâce à son effet tampon, permet une régulation précise du pH en évitant tout risque de suracidification.

A coût équivalent voire moindre, la neutralisation du pH grâce au CO2 est une application vertueuse qui ne représente que des avantages par rapport aux solutions classiques plus agressives :

  • Efficacité : meilleure régulation du pH
    • Les fluctuations sont moins importantes : les courbes de régulation obtenues sont beaucoup plus lisses et régulières.
    • L’effet tampon, observable à pH 5,5 permet d’éviter la suracidification
  • Sécurité sur les personnes : le CO2 est un gaz non toxique et non corrosif ; il n’y a aucun risque de brûlure pour les opérateurs et pas de dégagement de vapeurs acides
  • Sécurité sur les équipements : suppression des coûts de maintenance et de renouvellement des équipements liés à la corrosion
  • Protection de l’environnement : les acides forts génèrent des chlorures, des nitrates ou encore des sulfates, à l’origine d’une pollution secondaire de l’eau traitée. Le CO2, lui, génère des carbonates naturellement présents dans l’eau.